Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Alpha Saint-Germain, Agence immobilière PARIS 75006

Royal Chocolat !

Publiée le 12/04/2013

                              

 

Quel parcours étonnant que celui de Sulpice Debauve, pharmacien devenu chocolatier pour satisfaire au délicat palais de Marie-Antoinette !

 

Les faveurs royales 

Celle-ci appréciant fort peu les saveurs âcres des médicaments qu’il lui avait prescris, Sulpice, alors pharmacien attitré du roi Louis XVI, s’ingénie à masquer le goût médicamenteux au moyen d’un mélange de cacao additionné de sucre de canne.  La reine en raffole, les surnommant « Pistoles » en raison de leur forme en pièces de monnaie, et Sulpice Debauve commence une nouvelle carrière qui fera sa gloire et celle de sa famille jusqu’à nos jours.

Ouvrant sa première boutique en 1800 au Faubourg Saint-Germain, Sulpice Debauve sera nommé « fournisseur de chocolat de la famille royale française » en 1816, et les architectes officiels de  Napoléon  concevront pour lui un nouveau magasin, situé au 30 rue des Saints-Pères, aujourd’hui classé au catalogue des Monuments historiques.

 

 Le « chocolat de santé »

Avec son neveu également pharmacien et associé à l’entreprise en 1823, Sulpice crée alors les « chocolat de santé », composés de lait d’amandes, de vanille ou encore d’eau de fleur d’oranger, sources de bienfaits pour les santés délicates, ou comment rendre la gourmandise thérapeutique !

 

Précurseur avant tout 

Sulpice Debauve aurait pu s’arrêter là mais en homme d’affaires précurseur,    il invente, en 1829,  la « presse à dégraisser » qui n’est autre que le moyen d’obtenir de la poudre de cacao, au même moment que le célèbre hollandais Van Houten, mieux connu du grand public. Ne s’arrêtant pas là, Sulpice sera également à l’origine de la première technique de déshydratation du lait.

 

Aujourd’hui encore, dans la vénérable boutique de la rue des Saints-Pères, se presse une foule de clients du beau monde ou simples passionnés du chocolat à la française, réputé souvent plus digeste que ses voisins suisses et belges.  C’est ici un hymne au chocolat, véritable patrimoine historique !

 

 

Notre actualité