Bienvenue chez CENTURY 21 Alpha Saint-Germain, Agence immobilière PARIS 75006

Paris : Intelligence artificielle pour assurer la sécurité sur le réseau RATP

Publiée le 16/11/2020

Paris : Intelligence artificielle pour assurer la sécurité sur le réseau RATP

TRANSPORTS : La RATP expérimente une nouvelle génération de caméras capable d’envoyer des images en temps réel. A terme, la régie des transports souhaiterait pouvoir utiliser des algorithmes pour analyser ces images

Un algorithme permettra-t-il bientôt de détecter un colis suspect dans un RER A, une bagarre sur le quai d’une station ou même une femme victime de harcèlement sexuel pendant son trajet de bus ? C’est en tout cas le vœu formé ce jeudi matin par Valérie Pécresse. « L’intelligence artificielle sans identification personnelle doit pouvoir être déployée rapidement dans les transports en commun, pas forcément par une loi, il faut que le gouvernement se mouille », a insisté la présidente LR de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités, en marge de la présentation par la RATP d’un nouveau type de caméras de vidéosurveillance.

Le rapport avec l’intelligence artificielle ? Pour l’instant, aucun. Ce dispositif expérimenté depuis quelques semaines dans trois bus de la ligne 170 reliant la porte des Lilas à Saint-Denis – sur le « podium » des lignes enregistrant le plus d’actes de délinquance – a pour spécificité de transmettre en temps réel les images de surveillance au PC sécurité. Les agents présents peuvent ainsi moduler les interventions en fonction des difficultés rencontrées. Envoyer ici une équipe réduite pour intervenir sur des incivilités ou au contraire, étoffer la réponse lorsque la situation semble plus difficilement contrôlable. « Cela permet également de limiter les fausses alertes et de ne pas mobiliser pour rien des équipes du GPSR [groupe de protection et de sécurité des réseaux] », note la directrice de la RATP, Catherine Guillouard.

Plusieurs expérimentations de l’intelligence artificielle

Mais la régie des transports espère à terme pouvoir s’appuyer sur l’intelligence artificielle pour affiner ce dispositif de vidéosurveillance. « En pratique, il suffirait d’ajouter un programme pour filtrer les images, repérer par exemple des gestes brusques qui pourraient être ceux d’une bagarre, des personnes qui entrent par la porte arrière… », précise sa présidente. En clair : un algorithme permettrait un traitement plus efficient des images en orientant l’opérateur sans pour autant surcharger le PC sécurité. Et ce, d’autant que ce dispositif sera déployé d’ici septembre 2021 sur toute la ligne, soit six caméras dans chacun des 30 bus.

 

Notre actualité